Workshop #1 – Appropriation des savoirs ouverts

Ce workshop a rassemblé les partenaires impliqués dans le projet ASO ainsi que des spécialistes des questions étudiées :

  • Boris Beaude (STSLAB, Université de Lausanne)
  • Léo Joubert (LEST, Aix-Marseille Université)
  • Paul Wouters (Director of the Centre for Science and Technology Studies, Leiden University)
  • Pierre-Carl Langlais (GRIPIC, Paris-Sorbonne)
  • Jérémie Garrigues (Laboratoire d’étude des sciences et des techniques, Université de Lausanne)

Les objectifs de ces journées de travail étaient au nombre de trois :
– la construction d’un langage commun entre les différentes disciplines représentés dans le projet,
– la description des données d’OpenEdition et la construction de nouvelles,
– l’approfondissement des questions de recherche et la formulation d’hypothèses de travail.

Le projet a pour but de définir des scenarii de propagation et d’appropriation de l’information scientifique et de qualifier les littératies des différentes populations de lecteurs dans la diffusion des savoirs et de la culture scientifique.

Les présentations

La première demi-journée de ces journées de travail a permis de présenter les objectifs du projet ainsi que les activités et les données d’OpenEdition. Cela a été l’occasion de présenter plusieurs membres de l’équipe d’OpenEdition aux partenaires d’ASO et de présenter le dernier ouvrage de Mariannig Le Béchec, Le livre-échange.

Les deux autres journées ont été organisées en en cinq séquences :

1. Wikipédia

Boris Beaude a présenté le projet WikiMaps, carte permettant d’explorer les pratiques individuelles et collectives sur Wikipédia pour la recherche en sciences humaines et sociales. En particulier, ce projet porte sur la valorisation des traces de consultation des pages c’est-à-dire de rendre plus accessibles et plus intelligibles les milliards de consultation individuelles de Wikipédia, comme autant d’actes élémentaires qui participent des attentions collectives et nous informent de ce qui importe. Pour ce faire, il s’agit de consolider, puis mettre à disposition de la communauté scientifique, un dispositif expérimental permettant d’explorer visuellement les données de consultation journalière des millions de pages constitutives des dix éditions linguistiques les plus importantes au cours des dix dernières années. En considérant plus spécifiquement les langues, le temps et l’espace, il est ainsi possible de mieux caractériser les régimes d’attentions et la mondialité relative des faits sociaux (attentats, élections, théories du complot, controverses, événements sportifs ou culturels…).

Léo Joubert a présenté son travail sur les contributeurs de Wikipédia et notamment sur les conditions sociales des contributions des wikipédiens. Ce travail repose sur un corpus de 30 entretiens biographiques qui a permis de distinguer quatre formes d’encastrement du travail et de la contribution : la contribution comme dimension cruciale de l’emploi, la contribution comme instance de formation, la contribution pour renouer avec une vocation et la contribution comme processus de reconnaissance.

2. Quelles métriques pour mesurer l’open science ?

La présentation de Paul Wouters s’est déroulée en deux temps, la première portant sur l’évaluation de la recherche avec la prise en compte des médias, la seconde portant sur l’open science.

La première présentation a porté sur l’évaluation de la recherche et notamment sur le développement des indicateurs et le mouvement des altmetrics. Il en ressortait que les méthodes actuelles d’évaluation scientifique sont principalement axées sur les dimensions scientifiques des activités de recherche et non sur les indicateurs de communication dans les médias sociaux. Alors que ces derniers saisissent de nouvelles interactions entre les médias sociaux, les utilisateurs et les objets scientifiques. Cependant la mesure de la réception des activités scientifiques dans les médias peut être considérée comme ne relevant pas de la communication scientifique. Pourtant l’analyse de la présence et de la réception des résultats et des activité de recherche scientifique par les utilisateurs à travers les médias sociaux peut être un nouvel éléments à prendre en compte. L’étude des relations entre les médias sociaux et la production scientifique publiée ouvre un nouveau programme de recherche autour de l’idée beaucoup plus large de l’étude des sciences sur les médias sociaux.

Le second exposé portait sur la mesure de l’engagement des chercheurs à l’égard de la science ouverte. L’idée défendue ici est de proposer un cadre d’indicateurs plutôt que des « indicateurs sur mesure » en prenant en compte plusieurs dimensions : but de l’évaluation, la mission de recherche, le niveau d’évaluation, cultures épistémiques et approches de recherche, acteurs potentiels, publics et bénéficiaires, environnement de recherche.

3. Retour sur l’analyse des usages sur OpenEdition

Suite au travail d’étude réalisé sur le projet Usages alpha en 2017, Pierre-Carl Langlais a poursuivi ses investigation sur les consultations des plateformes d’OpenEdition en parallèle d’une étude sur les consultations du moteur de recherche Isidore (Humanum) et la réalisation d’une nouvelle analyse croisant les données de consultation et du text-mining d’un corpus aléatoire de la plateforme d’Hypothèses, en s’inspirant des méthodologies développées dans le projet Numapresse :

  • La lecture « augmentée » : ouverture d’images et, dans une moindre mesure, de, fichiers intégrés à une publication dans le projet Usages alpha, nous avons pu observer que les formes de lecture sont conditionnées par le dispositif éditorial. Le dispositif éditorial joue notamment un rôle fondamental. Une analyse de correspondance des plateformes d’OpenEdition et des formes de lecture montre que la lecture croisée de références est privilégiée sur Hypothèses alors que la consultation des images/fichiers joints est plus fréquentes sur OpenEdition Journals. L’observation a permis de dresser une typologie des parcours de lecture :
    • La lecture « locale » : ouverture de liens présents dans un article conduisant vers un autre article d’une même publication
    • La lecture « bibliographique » : ouverture de liens présents dans un publication conduisant vers des publications extérieures
    • La lecture « extérieure » : consultation de publications extérieures à OpenEdition qui ne sont pas liées dans la publication
    • La lecture par « sommaire/menu » : utilisation régulière de la page d’accueil de la revue / du carnet au cours de la session
    • la lecture « par recherche » : utilisation régulière des moteurs de recherche au cours de la session
  • sur les formes et formats de lectures, il existe des différences de lecture en fonction des disciplines. Il ressort que le lecteur inattendu semble privilégier l’histoire aux autres disciplines. Et sur les formats, ce sont les études plutôt que les annonces et les comptes rendus, qui sont largement consultés.
  • en croisant ces données avec des méthodes de text mining appliqué au texte intégral billets de la plateforme Hypothèses il devient possible de reconstituer des « modalités citationnelles » ou contexte d’écriture dans lequel la citation est formulée. L’identification de la position d’un texte citant vis-à-vis du texte cité permet de modéliser des interactions complexes, allant de l’invocation d’une autorité à la controverse.

4. Les travaux de recherche sur le projet ASO

Les post-doctorants du projets ont présenté chacun à leur tour leurs premières analyses.

Romain Deveaud a présenté le travail sur le profilage thématique des lecteurs d’OpenEdition, c’est-à-dire les contenus qui les intéressent. Grâce aux logs de connexion, il est possible de reconstruire les sessions de lecture des visiteurs d’OpenEdition, ce qui permet également d’obtenir leur historique de lecture complet. Néanmoins, très peu d’informations thématiques structurées sont accessibles dans les méta-données des articles. L’étude préliminaire a été menée en se basant uniquement sur le contenu textuel des documents, en cherchant à abstraire le texte et à le projeter dans un espace thématique. En utilisant des représentations vectorielles continues conjointes pour les mots (Word2Vec) et les documents (Doc2Vec), il devient possible de calculer des mesures de lien sémantique par de simples similarités vectorielles. A l’aide de méthodes d’extraction automatique de mots-clés, nous pouvons ensuite représenter le profil d’un lecteur par une liste mots importants caractérisant ses intérêts.

Lucie Loubère a quant à elle travaillé sur les contextes de citation, notamment en analysant les données issues des logs et de Twitter. Les citations bibliographiques, pratique courante en écriture scientifique, se déploient également sur des supports moins institutionnels (Wikipédia, réseaux sociaux, presse généraliste…). Une première exploration des logs sur le début de l’année 2017 a permis d’identifier une première typologie des contextes de citation : des phénomènes de veille, des justifications pour appuyer l’argumentation générale de l’auteur, ou encore une visée de vulgarisation en proposant un contenu utile pour une profession. L’étude exploratoire des tweets émis entre 2013 et 2017 et comportant un lien pointant sur une des plate-formes d’OpenEdition a permis de mettre à jour les mondes lexicaux (structures lexicales suffisamment stables) parcourant ce corpus, en utilisant des approches lexicométriques.

5. Structure et dynamique des plateformes sociales

La dernière présentation du workshop a été celle de Jérémie Garrigues portant sur les méthodes pour rendre compte de la structure et de la dynamique des plateformes sociales d’Internet. Après une présentaiton sur les conditions d’accès aux données, notamment des plateformes ne proposant pas forcément d’API ou de données accessibles, et dont l’utilisation de méthodes de scraping permet de reconstituer des corpus exploitation, la présentation s’est portés sur les méthodes de visualisation visant à résumer les dynamiques animant les plateformes et de réfléchir sur les conditions de la réduction de dimension en contexte de données massives, de représenter la complexité des consultations (temporalité), et d’évaluer la qualité de ces méthodes.

Synthèse du workshop

Pour clôturer ce workshop, Dominique Vinck a réalisé une synthèse des discussions et des suites à donner pour ce projet

  • la construction d’un langage commun et la construction d’un lexique commun sur le projet : il n’y a pas d’incompréhension majeure apparente mais plutôt des notions pas nécessairement très claires. L’exploration des différents projets présentés lors de ce workshop a permis de les affiner progressivement :
    • entité : individu / profil ou modèle / autre entité intermédiaire / population : qu’est-ce que cela signifie dans notre environnement ?
    • appropriation : Qu’est-ce que l’appropriation des savoirs ouverts ?
      • Adaptation (à quoi, à qui / pour qui, pour quoi)
      • Faire soi  
  • construire de la connaissance sur les usages numériques (compréhension des données), en particulier :
    • capter des choses qui n’étaient pas captées autrement
    • qui accède / cite, commente ? C’est un indicateur, mais de quoi ? et en quoi cela nous intéresse de le savoir, pour répondre à quelle question ? Questions à expliciter, à chaque étape du projet.  
    • les processus d’appropriations des contenus d’OpenEdition : accès à la lecture, citation académique, toutes formes de reprises, commentaires : qu’est-ce qui se passe dans la production (écriture) / consommation (lecture) dans un monde numérique ?
      • comprendre les formes écrites d’appropriation : les citations dans les revues académiques et dans d’autres contextes (réseaux sociaux numériques, Wikipédia, etc.), autres usages de citations ;
      • comprendre les mécanismes d’appropriation par accès aux contenus (accès, requêtes et parcours, lecture, téléchargement) difficiles à interpréter.
  • que cherche-t-on dans cette dynamique d’appropriation ?
  • que retenir pour la compréhension des phénomènes étudiés ?
    • diversité : laquelle ? Typologie (a priori à éprouver, à induire à partir de l’exploration des données) : profil, style… Beaucoup de variables pour caractériser les usages / usagers : quel compromis ?
      • des modèles d’usages a priori : la longue traîne, les sleeping beauties, le lecteur inattendu, la conversation silencieuse
      • d’autres modèles qui émergent ?
        • la lecture en regard, la lecture compulsive, le lecteur “institutionnel”, le lecture institutionnel inattendu (banque) ;
        • l’utilisateur nonchalant, l’utilisateur omnivore
        • la critique
        • des croisements / combinaisons entre données ?
      • types de rapport :
        • engagement des utilisateurs
        • captation (de l’attention) par : les contenus, les dispositifs
        • focalisation (combinaison de l’engagement-captation-focalisation) et non focalisation
    • comment expliquer cette diversité ?
    • écologie de l’accès et des usagers :
      • beaucoup de sortes d’usagers
      • beaucoup d’acteurs liés aux usagers (réseau, association, échanges, etc.) et leurs relations (don, échange, etc.)
      • des situations (café-livre) et écologie matérielle (circulation matérielle) ; l’équipement de l’accès, lecture, écriture ; re-mémortion des appropriations
      • l’accès/écriture comme une pratique parmi d’autres : multi-activité
  • dynamique :
    • temporalité
    • inscription de l’accès dans un parcours / trajectoire liée ou non aux outils numériques : utilisateur débutant / expérimenté
    • se mettre à… ; changement / glissement de pratiques
    • la vie après l’accès et l’écriture ? La parole, conversation, la vidéo…
    • la vie avant l’accès, lecture, écriture
  • Hypothèses de travail :
    • les contenus ont une influence sur les comportements : à prendre ou pas à prendre en compte et comment ? ventiler l’étude selon les types de contenus ?
    • les formats ont une influence : études (résultats) / annonces et comptes rendus (coulisses de la recherche) ; article / livre…
    • les domaines : différences de lecture en fonction des disciplines.
  • Que veut-on en faire du point de vue de la connaissance ?
    • faire des recommandations : non.
    • montrer que OpenEdition sert à quelque chose pour toucher d’autres publics et par rapport à une diversité d’usages.
    • contribuer au domaine des Altmetrics
    • changer quelque chose pour OpenEdition ? Quoi, pour quoi ? Être séduisant, faciliter quelque chose pour les utilisateurs, changer des formats… ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.