La question de la communication scientifique et de l’abondance des contenus à l’heure d’Internet

OpenEdition accueille du 16 au 20 avril 2018 Clément Bert-Erboul et Luis Reyes-Galindo dans le cadre d’une enquête sur l’étude des plateformes académiques en open access.

Pouvez-vous vous présenter ?

Clément Bert-Erboul :

Je suis titulaire d’un master et d’un doctorat en sociologie économique, tous deux de l’Université Lille1 au laboratoire CNRS Clersé. Mes domaines de recherche sont la sociologie économique, sociologie des organisations, l’innovation ouverte, l’analyse de réseaux sociaux, et le web scraping. Je m’intéresse également aux questions de propriété intellectuelle comme elles se posent dans les communautés de logiciels libres, les brevets, les accords d’innovation, et les politiques de recherche. Je suis maintenant chercheur postdoc au Département des Politiques scientifiques et Technologiques à l’Université d’État de Campinas (UNICAMP) au Brésil. Je fais partie du projet sur les Réseaux d’Innovation Scientifiques et Technologique de la FAPESP.

 Luis Reyes Galindo :

Je suis titulaire d’un master de physique (2005) et d’une maîtrise en philosophie des sciences de l’Université nationale autonome de Mexico (2007) et d’un doctorat en sociologie de l’Université de Cardiff (2012). Mes domaines de recherche sont, la sociologie des sciences, la sociologie de la physique théorique, la sociologie du libre accès aux publications scientifiques (open access), la communication de la science, les perspectives latino-américaines dans les études sur les sciences sociales et les études technologiques, les controverses et consensus en science. Je suis maintenant chercheur postdoc au Département des Politiques scientifiques et Technologiques à l’université d’État de Campinas (UNICAMP) au Brésil.  Je suis également chercheur associé à l’Université de Cardiff et à l’Université nationale autonome de Mexico. Je contribue à l’Équipe brésilienne du projet Horizon 2020, Recherche responsable et pratique de l’innovation (RRI-Practice).

Quel est votre projet de recherche ?

Dans notre travail, nous nous concentrons sur la façon dont l’abondance des contenus académiques est gérée par les plateformes de distribution professionnelles, tout en assurant aux lecteurs la fiabilité et la « qualité » des contenus. Afin d’avoir une meilleure compréhension de ces politiques éditoriales, nous proposons trois catégories de plateformes open access, basées sur une compréhension de trois « règles » mobilisées par les gestionnaires des plateformes d’accès ouvert : diffusionniste ; marchande et communautaire.

1) Les plateformes diffusionnistes sont de deux types différents : les dépôts institutionnels (par exemple les dépôts universitaires) et les agrégateurs de journaux non commerciaux tels que la plateforme Scielo et le projet Revues.org. Ils sont caractérisés comme reposant sur des financements étatiques, publics et caritatifs et sont façonnés par des directives de politique scientifique non commerciales qui dictent la nécessité de rendre visible la production scientifique de communautés hétérogènes. Le principe des plateformes diffusionnistes réside dans l’idée que l’accès à l’information est une condition nécessaire et suffisante pour que la connaissance soit utile. Par conséquent, plus que sur des mesures « d’impact » commercialement orientées, elles ont tendance à s’appuyer sur des mesures d’utilisation (par exemple, statistiques de téléchargement et d’accès) pour évaluer leur efficacité à faire correspondre la production des auteurs aux lecteurs.

2) Les plateformes marchandes se caractérisent principalement par la diffusion de revues évaluées par des pairs. Pour limiter les dépôts d’articles en trop grand nombre, les revues facturent des frais de soumissions. De plus pour orienter les lecteurs et assurer la reconnaissance des auteurs ces revues utilisent des indicateurs dits de qualité tels que le facteur d’impact, le nombre de citations, etc.

3) Les plateformes soutenues par une communauté sont illustrées par l’un des projets open access les plus réussis à l’Université Cornell : arXiv. ArXiv fournie une « bibliothèque » pour les disciplines spécifiques dans les sciences naturelles qui composent son lectorat principal. Le projet repose en grande partie sur les règles existantes qui sous-tendent les pratiques de communication informelles des communautés scientifiques. Surtout, arXiv ne s’appuie pas sur des métriques publiques pour résoudre le problème d’évaluation et de reconnaissance, mais plutôt sur le prestige informel et de bouche-à-oreille dans les communautés délimitées.

Bien que ces trois paradigmes n’épuisent pas toutes les possibilités des plateformes open access, elles englobent une grande partie de l’univers open access et intègrent une part significative des acteurs majeurs du paysage éditorial actuel. Ces formes de gestions ne sont pas exclusives les unes des autres et souvent une règle prédomine sur les autres dans un projet open access. Notre enquête s’intéresse à ces combinaisons et à leurs évolutions au cours du temps.

Pourquoi avoir choisi la plateforme OpenEdition ?

Notre intérêt pour OpenEdition s’inscrit dans une recherche microsociologique approfondie et continue sur les plateformes open access réalisées depuis 2010. Nous étudions des projets open access à différents stades de maturité et intégrés dans plusieurs programmes de recherche indépendants au Royaume-Uni, en Europe, au Mexique, au Brésil et aux États-Unis. Parmi les institutions importantes représentées dans l’échantillon, citons le CERN, arXiv, le portail viXra « indépendant », l’Open Library of Humanities de l’Université de Londres, le portail Scielo de l’État de São Paulo, des bibliothèques des universités publiques. OpenEdition en France nous a paru prendre logiquement sa place dans ce panorama international de l’open access. Le modèle Freemium et le rattachement fort de la plateforme aux institutions de recherche française comme le CNRS et l’EHESS font d’OpenEdition un cas à part dans la littérature académique dédié à l’open access. En documentant en profondeur ce projet, nous espérons favoriser la comparaison entre la France et d’autres initiatives que nous avons analysées.

Quel est le programme de votre séjour ?

Notre recherche s’appuie sur une approche microsociologique développée initialement par Luis au cours de son étude sur arXiv. Cette approche analyse les plateformes open access comme des assemblages sociotechniques. En d’autres termes nous regardons comment et pourquoi se forment les plateformes d’open access tant du point de vue de leurs organisations sociales que des techniques et des machines qui permettent de diffuser les contenus en lignes. Nous nous intéressons autant aux politiques éditoriales et d’évaluations instaurées par les responsables des plateformes, que des relations entre administrateurs et utilisateurs ou bien les décisions techniques liées à l’infrastructure. Nous portons également un intérêt appuyé quant aux modèles économiques, à la fois dans leurs configurations actuelles, mais également leurs évolutions et les différentes formes qu’ils ont eues au cours du temps. Finalement nous nous intéressons aussi aux projets ratés, aux impasses rencontrées par les équipes éditoriales et aux incertitudes qui préoccupent les administrateurs. Nous allons aborder ces questions à travers des entretiens avec les membres de l’équipe d’OpenEdition et nous étudierons également les archives administratives et techniques du projet pour bien comprendre le contexte historique de la plateforme.

> Lire le billet en anglais


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *